Interview Mark Webber

17 03 2013

Retour avec Mark Webber sur 2012, ses relations avec Sebastian Vettel et avec l’équipe Red Bull, et sur ses ambitions pour 2013

Quel regard portez-vous sur votre saison ?

Mark Webber fut en lutte pour le titre jusqu'à mi-saison en 2012, décrochant de belles victoires à Monaco et à Silverstone.

Mark Webber fut en lutte pour le titre jusqu’à mi-saison en 2012, décrochant de belles victoires à Monaco et Silverstone.

C’est difficile à dire car certains moments font partie des meilleurs de ma carrière : tout dépend de ce qu’on prend en compte. En termes de classement au championnat ce n’est pas très reluisant, mais si on considère mes qualif’, il s’agit sans doute de ma meilleure saison. Ce n’est bien sûr pas la finalité, mais c’est un premier pas vers le succès. Je me suis donc amélioré dans ce secteur, malgré une baisse de rythme à mi-saison. On a subi trois courses d’affilée avec divers soucis et pénalités. On peut faire une liste complète des pépins rencontrés, mais au final nous n’avons tout simplement pas réalisé une campagne suffisamment solide pour obtenir mieux. Cela dit, on a aussi eu des moments forts.

Comment gérer vous le fait d’évoluer aux côtés de Sebastian, triple champion du monde ?

Seb’ a connu une formidable saison pour décrocher son troisième titre. Il faut lui tirer notre chapeau. Sa domination n’a pas été aussi forte qu’en 2011, ce qui était prévisible au vue de sa première partie de saison. Ce fut très serré en 2010, avec pas moins de cinq pilotes prétendants au titre, alors que cette année cela s’est résumé à un duel entre Seb’ et Fernando.

Est-ce que vous avez été déçu pour Fernando au vue du dénouement de la saison au Brésil ?

Je crois qu’il a réalisé un véritable sans faute cette saison, ce pour quoi il fut très déçu par son résultat final : il a tout donné, et n’a pas été récompensé. Mais il faut passer à autre chose. Est-ce que c’était sa meilleure saison en termes de pilotage ? On peut le dire en effet. Il ne pouvait pas faire beaucoup plus. Mais perdre de trois petits points… Heureusement que je l’ai passé à Silverstone, n’est-ce pas ?!

Comment se passe votre relation avec Sebastian à l’heure actuelle ?

Il y a eu des hauts et des bas, comme dans toute relation. Il y a des jours merveilleux et d’autres où il faut prendre sur soi. Mais nous nous respectons mutuellement. Mon intime conviction est qu’au regard des enjeux, être très proche est impossible. Après le GP d’Inde, les media allemands ont suggéré que nos relations s’étaient tendues : mais la réalité est que nous étions l’un à côté de l’autre dans l’avion de retour. Nous ne sommes pas les meilleurs amis du monde, aucun duo de pilotes ne l’a jamais été d’ailleurs, c’est juste inenvisageable en F1 – où alors il y a un truc qui cloche. Il y a donc toujours cette ambiance assez sèche. Les gens se rapprochent après la bataille. Par exemple, David Coulthard et moi étions de bons coéquipiers, avec du respect porté vers l’autre, mais sans plus. Cependant sitôt que David s’est retiré nous sommes devenus plus proches.

A quel point reconnaissez-vous que le travail des gars de Milton Keynes a porté ses fruits ?

C’est quelque chose auquel vous pensez lorsque la voiture marche bien, pas quand elle est arrêtée… vous y pensez quand vous menez les derniers tours d’un GP, vous prenez conscience des efforts que cela implique d’être à cette place. Être en tête, gagner… c’est quand vous êtes dans le coup que vous prenez la mesure des efforts consentis par tous.
Vous auriez été une petite souris à Monaco cette année, vous auriez été au courant de toutes les petites guéguerres et de la pression dans laquelle les gars travaillent – c’est impressionnant. C’est quand ça vous touche de près et que vous avez du succès que vous prenez réellement conscience du travail abattu par l’équipe. Il faut aussi voir à quelle vitesse l’auto évolue : jadis il y avait, au plus, une version B de la voiture, la FW14B etc… Mais à la fin de 2012, nous en étions à la version D de la RB8 – pareil chez McLaren, où ils ne nomment même plus leur voiture. C’est dire le rythme de développement.

Comment jugez-vous l’évolution de l’équipe depuis l’époque Jaguar ?

Il y a bien plus de moyens financiers, surtout au niveau de l’organisation. Nous disposons de plus d’infrastructures. Adrian est à la baguette, le véritable chef d’orchestre pour toute la partie design et philosophie générale de la voiture, chose la plus importante en définitive. Il s’agit d’une voiture de course et le but est de la rendre la plus rapide possible, sur tous les circuits, que ce soit en qualif’ ou en course. Tout le reste c’est de la poudre aux yeux – et c’est aussi l’avis d’Adrian.

F1 Racing n°168, Février 2013

Publicités




La chevauchée de Valtteri

15 08 2012

Son nom ne vous dit peut-être rien, mais Valtteri Bottas est pressenti pour être le successeur de Bruno Senna dans le second baquet Williams en 2013. Et à observer les tous derniers résultats du nouveau Finlandais volant, le vendredi 27 Juillet sur le Hungaroring à l’occasion du GP de Hongrie, où celui-ci a terminé 9e devant Pastor Maldonado, 11e, nul doute que le neveu d’Ayrton va avoir du souci à se faire durant la trêve estivale…

Des présentations s’imposent

Valtteri Bottas connait bien la maison de Grove pour y être pilote essayeur depuis 2010, mais cette année a vu le natif de Villähde prendre plus souvent qu’au tour de Senna le volant de la FW34 le vendredi matin. Au total, le Finlandais a privé de séance matinale le Brésilien à huit reprises lors de onze weekends, et le jeune pilote fait sensation ! Jugez plutôt : Pastor Maldonado, pourtant vainqueur du GP d’Espagne, a du subir la loi de Bottas en cinq occasions. Mark Gillan, ingénieur en chef des opérations chez Williams, ne s’y trompe pas : ‘C’est l’un des pilotes les plus naturellement doués que j’ai vus’. De quoi faire réfléchir…
Le Finlandais, qui a tiré un trait cette saison sur toute compétition, préférant se focaliser sur son travail de pilote essayeur, avait déjà fait des étincelles lors des rookies tests organisés à Silverstone, peu après la manche britannique du championnat, décrochant le meilleur temps.
Le palmarès du Finlandais est quant à lui déjà bien fourni : il s’est illustré en Formule Renault 2.0 NEC (Northern Europe Cup), avant de faire ses gammes en F3 Euroseries avec ART. Passé en GP3 en 2011, Bottas y a remporté brillamment son premier titre dès sa première tentative. Des résultats qui garantissent une belle pointe de vitesse.
Un autre atout, plus politique celui-ci, réside dans le fait que son manager n’est autre que Christian « Toto » Wolff, pilote mais surtout investisseur autrichien, qui vient d’être nommé au poste de directeur exécutif de l’équipe anglaise, en vue d’assister Frank Williams et de remplacer Adam Parr, démissionnaire le 30 mars dernier. De fait, même si Wolff reste un actionnaire minoritaire de l’équipe (il détient 16% de Williams Grand Prix Holding, Frank Williams : 50,3%), celui-ci aura sans doute son mot à dire et une voix plus portante lors des futures décisions prises par l’écurie.

Bottas a remporté le titre GP3 en 2011 avec ART.

Un loup ?

Toto Wolff a-t-il eu peur d’être accusé de trafic d’influence ? Toujours est-il que celui-ci s’est empressé de déclarer qu’il ne mélangerait pas son rôle de manager avec ses nouvelles prérogatives de patron, et n’accorderait ainsi aucune faveur particulière à son poulain. On peut aussi penser que, sitôt bombardé, l’Autrichien n’a pas voulu rendre officiel un éventuel contrat avec Bottas. Le lien de cause à effet aurait été évident et aurait fait mauvais genre.

Bottas auprès de son ingénieur de course, Tom McCullough (gauche), et de son manager, Toto Wolff.

Reste que Bruno Senna s’est donc vu accordé un sursis, et a d’ailleurs bien compris qu’il devait au plus vite améliorer son niveau de performance avant la pause qu’observe le Formula One Circus au mois d’aout. Le Brésilien ne s’est pas fait prier : une 9e place en Angleterre, doublée d’une 7e en Hongrie lui ont permis de démontrer qu’il fallait toujours compter avec lui. A ce propos, force est de constater que Bruno Senna, s’il rencontre des difficultés face à Maldonado en qualifications, n’a cependant rien à envier à ce dernier en termes de régularité. En effet, alors que le Vénézuélien jouait des coudes avec Hamilton (à Valence), PérezMonaco et Silverstone), et plus récemment di Resta (en Hongrie), le Pauliste engrangeait les points et soignait son capital au championnat. En conséquence, Bruno n’est actuellement qu’à cinq petites longueurs de Pastor dans le classement (24 points contre 29), et il est intéressant d’analyser qu’en dehors de sa victoire ibérique, Maldonado n’a scoré qu’une seule et unique fois, en Chine avec une 8e place. Pas de quoi pavoiser. A côté de ça, Senna s’est montré beaucoup plus constant en terminant six fois dans les points.
Les qualifications demeurent le principal talon d’Achille du Brésilien, mais celui-ci peut compter sur la manne financière qu’apportent ses sponsors au profit de Williams, au travers d’Embratel, une compagnie de télécommunications brésilienne, d’OGX, un pétrolier, mais aussi par le biais de la branche auriverde de Santander. Valtteri Bottas n’a lui que peu de soutiens budgétaires à opposer face à cette armada.
On pourrait aussi comprendre que Williams, qui vise avant tout à assurer sa survie à court et moyen termes, soit non seulement plus intéressée par les apports de Bruno Senna, mais qu’elle soit aussi échaudée par le sort de Toro Rosso cette saison, qui éprouve des difficultés à développer sa voiture du fait entre autres du manque relatif d’expérience de ses jeunes pilotes. Dans ce contexte, un pilote « payant » qui a déjà quelques courses derrière lui est un plus indéniable.
Enfin, il ne faut pas oublier de prendre avec des pincettes les résultats du Finlandais, que ce soit lors des rookies tests que lors des FP1. A Silverstone, Bottas était aligné face à des Marussia et une HRT. On a vu mieux comme concurrence. Et s’il a réalisé un temps de 1:31.436, battant le meilleur temps de l’ensemble du weekend du GP d’AngleterreAlonso en 1:32.167, lors des FP3 – c’est oublier les conditions extrêmes dans lesquelles s’était déroulée l’épreuve (l’auteur de ces lignes peut en témoigner !). De même ses résultats, comparés à ceux de Maldonado lors des FP1 des vendredi de courses, sont à relativiser, quand on sait qu’il s’agit d’une session où le Finlandais doit faire ses preuves et chercher la performance alors que son comparse sud-américain doit lui se concentrer sur des développements cruciaux pour la voiture et valider ces derniers.

Valtteri Bottas a dominé les rookies tests à Silverstone.

Les World Series by Renault 3.5 comme solution temporaire ?

L’avenir, Bottas ne l’envisage pour l’instant que chez Williams. Mais s’il advenait que l’écurie anglaise conserve son line-up intact pour 2013, une nouvelle saison sans compétition pourrait porter préjudice à l’image du jeune finlandais. Dès lors deux options s’offriraient à lui : le GP2 ou les WSR 3.5. Mais étant donné que le règlement interdit à tout pilote de GP2 de prendre le volant d’une F1 le vendredi matin, cette première alternative pourrait être assimilée à une régression.
Les World Series représenteraient alors le meilleur compromis pour ce jeune talent, en attendant mieux en 2014.








%d blogueurs aiment cette page :